étudiants école de commerce défi personal branding
EMD LIFE

Défi Personal Branding : les étudiants apprennent à se surpasser

27
Jan 2022
par Isabelle Mégret-Renner

À l’EMD, le développement intégral de chaque étudiant est au cœur du projet pédagogique. C’est pourquoi, la matière “Personal Branding” est dispensée dès la première année. Isabelle Mégret-Renner nous présente cette matière qu’elle enseigne depuis 8 ans à l’EMD et nous partage une application concrète de ce cours : le défi.

Mieux se connaître grâce au Personal Branding

Enseigner à l’EMD une matière aussi riche que le « Personal Branding » est un privilège et un challenge : c’est se voir confier la mission d’aider chaque élève à fonder son comportement sur des valeurs humaines. 

Savoir-être et savoir-vivre sont au centre de cet enseignement en lien direct avec le monde de l’entreprise : 

  1. Apprendre à mieux se connaître, afin d’optimiser ses performances ; 
  2. Se faire connaître, pour développer sa notoriété ;
  3. Se faire reconnaître, afin de se construire progressivement une réputation.

On vise ici le développement intégral de la personne : commencer de soi pour aller vers les autres, s’accepter et s’affirmer. L’objectif est donc de permettre aux étudiants de se mettre en valeur pour révéler leurs vraies valeurs. C’est un cours vivant, dynamique, interactif, rendant l’apprentissage ludique pour mieux stimuler l’attention. 

Réalisation d’un défi personnel

En première année, le test du défi est le « must do » incontournable. 

La consigne est claire : « oser réaliser quelque chose que vous n’avez jamais osé jusqu’à présent, qui vous fait peur et qui vous demandera de vous dépasser pour y arriver ».

C’est un exercice de la volonté, qui demande une belle force d’âme et le sens du dépassement, dans le but de révéler son talent. Chacun est alors amené à faire une introspection, puis à choisir les moyens les plus adaptés pour passer à l’action et persévérer malgré les obstacles.

Les étudiants ont quatre mois pour réaliser leur défi, rédiger un compte-rendu, puis présenter leur accomplissement devant un jury professionnel et étudiant. 

Découvrez 3 défis réalisés cette année : 

Juline, frileuse, a relevé le défi de prendre un bain le 1er janvier dans la mer à 14°C

« A l’annonce du défi, j’ai dû faire une réelle introspection sur moi-même pour comprendre quelles étaient mes peurs. Étant de nature très frileuse, j’ai pensé à cette tradition qu’ont les marseillais à se baigner le 1er janvier de chaque année. Pourquoi pas moi ?

Je me suis donc lancée à l’eau ! Ce bain frais m’a anesthésié autant le corps que l’esprit. J’ai donc lâché prise et j’ai eu ce sentiment de plénitude. Je suis heureuse d’avoir relevé ce défi qui me donnera la force d’en relever d’autres. Aussi, je ne penserai plus jamais que ceux qui le font chaque année sont des fous. »

Juline, étudiante à l’EMD Business School en 1ère année

Lorenzo a relevé le défi de cuisiner 3 fois par jour pour 45 personnes pendant une semaine

« Quand j’étais petit, je participais à des camps de jeunes et j’admirais particulièrement le travail du cuisinier. Pour relever mon défi, j’ai proposé aux organisateurs d’être à mon tour le cuisinier. Je voulais rendre ce que j’avais reçu. On m’a permis d’être le responsable des repas pendant une semaine pour 45 personnes !

J’ai beaucoup appris sur le métier de cuisinier et par le partage avec les enfants, je me suis responsabilisé et j’ai pris confiance en moi. C’était une expérience très riche, qui m’a marqué et qui donnera peut-être lieu à un nouveau défi. »

Lorenzo, étudiant à l’EMD Business School en 1ère année

Justine, claustrophobe, a relevé le défi de faire une simulation d’incendie avec les sapeurs pompiers 

« Mon défi a été de participer à un exercice de simulation d’incendie avec des sapeurs-pompiers où le but était de rechercher une victime dans une cave enfumée. Je n’aime pas être enfermée dans des lieux étroits : me retrouver dans une cave enfumée sans visibilité en portant un masque respiratoire, n’était pas une chose facile et m’a vraiment demandé de me dépasser. Cette expérience m’a appris que le dépassement de soi est possible avec de la détermination et l’envie de réussir. Au cours de notre vie, nous sommes confrontés à des obstacles qu’il faut surmonter pour grandir et s’épanouir. Ils forgent notre personnalité, ce que nous sommes et ce que nous deviendrons. » 

Justine, étudiante à l’EMD Business School en 1ère année

Enseigner le « Personal Branding », c’est transmettre un savoir, ouvrir les consciences et inspirer les nouvelles générations afin qu’elles deviennent à leur tour inspirantes et fécondes. C’est les aider à découvrir ce qui les rend unique, ce qui les différencie, tout en revisitant les bases du bon sens élémentaire, pour mieux vivre ensemble et en plein accord avec soi-même.

Les insights de l'EMD

alternance business school
EMD LIFE

L’évolution de nos spécialités en alternance : mieux répondre aux besoins des entreprises

«Manager, c’est servir», telle est la devise de l’EMD Business School, une école de management marseillaise qui forme des cadres éthiques et innovants. A partir de la troisième année, les étudiants peuvent apprendre leur futur métier en alternance. Les spécialités proposées en 4ème et 5ème années sont en phase avec les compétences recherchées par les entreprises sur le marché de l'emploi.

05/05/2022
EMD LIFE

L’EMD Business School est certifiée Qualiopi

En décembre 2021, l’EMD Business School a obtenu la certification Qualiopi. Cette certification a pour objectif d’attester de la qualité du processus mis en œuvre par les organismes de formation. Son obtention est un gage de sérieux et de qualité de la formation dispensée par ces organismes.

12/01/2022
Par EMD
Etudiants de l'EMD sur le rooftop donnant une vue sur Marseille
EMD LIFE

Manager, c’est servir ! Les étudiants de l’EMD donnent du sens à leur carrière

L’école de commerce marseillaise, l’EMD, offre à ses étudiants la possibilité de se former au management et au monde de l’entreprise sans jamais oublier l’humain et le service de l’autre. Coline et Martin, deux étudiants de l’établissement en témoignent.

04/01/2022
Par Bérengère Dommaigné